Le secteur alimentaire n’échappe pas à la vaste transformation en cours et voit émerger de nouveaux acteurs, de nouvelles offres et les business models classiques voler en éclats.

La métamorphose de la consommation et les nouvelles attentes des consommateurs favorisent voire expliquent les changements qui s’opèrent dans l’offre.

En voici 4 parmi les plus importantes et leurs effets dans l’univers alimentaire :

Exacerbation du focus prix

  • Développement des pratiques anti-gaspillage : achat de fruits & légumes abîmés à prix réduits, généralisation du doggy bag dans la restauration, développement des ventes en vrac, récupération des invendus alimentaires...
  • Essor du Fait-Maison ou Do It Yourself via les ateliers, les tutoriels sur le web.
  • Déclin du Hard Discount et explosion du Smart Discount : recherche du meilleur prix pour se faire plaisir, adaptation du design des espaces commerciaux.
  • Succès des « cagnottages » (n°1 des pratiques de fidélisation chez les distributeurs, devant la gratuité ou les cadeaux).
  • Achat de produits alimentaires en ventes privées (MiamMiam : une offre développée par le site Vente Privée pour développer ses ventes en gastronomie : vins, champagnes, foie gras...)

Recherche de facilitation

  • Evolution de marques utilitaires vers des marques servicielles : Programme Special K de Kelloggs, conseils de bloggueuses via le programme "A nous l’été de Contrex"...
  • Facilitation des modes de livraison : Drive, livraison des repas sur place via des applications (Deliveroo, Foodora, Fritchi…)
  • Anticipation des besoins sur les sites marchands : suggestions dédiées selon le précédent panier et les produits sélectionnés (cross-selling) chez les e-retailers.

Défiance envers les experts, confiance envers ses pairs

  • Appétence et développement des circuits-courts : au plus près du producteur.
  • Exigence de transparence sur l’approvisionnement, la traçabilité.
  • Exigence de transparence sur la composition des produits. Répercussions médiatiques amplifiées des scandales alimentaires.
  • Succès des blogs culinaires, des forums et autres initiatives d’échanges collectifs en matière d’alimentation.

Autonomisation des individus

  • Alliance entre les consommateurs et la marque dans l’élaboration de son mix produit : marketing collaboratif ou « crowdmarketing » (Amora, Auchan, Braineet.)
  • Réclamations de consommateurs via des associations (UFC-Que Choisir, 60 Millions de consommateurs) ou à son échelle via les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter).
  • Acte d’achat réfléchi voire militant avec les succès commerciaux des labels : Max Havelaar, labels bio équitables.
  • Développement des initiatives d’approvisionnement collectif (Voisin de panier, la Ruche qui dit oui).
  • Do it yourself à partir de kits (Cook Angels).
  • Cuisine à domicile (Vizeat, Comuneat...)

Vidéo

Digital & Food : Nouveaux enjeux et perspectives