LE PODCAST

logo INside 02

Le podcast OpinionWay dédié au management des organisations !

Newsletter INside

Recevez les notifications lors de la publication de nouveaux articles sur notre blog

Je comprends qu'en m'abonnant, je choisis explicitement de recevoir la newsletter et que je peux facilement et à tout moment me désabonner

Welcome INside !

inside

Bernard CoulatyThe quest for the "Holy Grail" of engagement raises the question of the level of engagement that is expected from employees and the type of transaction between the employee and the organization. From an extreme of disengagement and “detachment” to another extreme of over-engagement and “addiction,” indeed, several combinations are possible:

Photo Selim SaadiEvidemment, parmi les bénéfices des programmes de Reverse Mentoring que je vais partager avec vous dans cet article, vous en aurez peut-être déjà identifié. Pourtant, le fait de découvrir un nouveau bénéfice lié à un dispositif que l’on hésite à déployer au sein de son entreprise, peut s’avérer être un élément déclencheur. Une manière aussi de convaincre des collaborateurs encore prudents ou trop peu renseignés sur le sujet.

Photo Bruno SoubièsAdieu les gadgets, les vœux pieux non suivis d’effet… L’heure est au pragmatisme, aux petits changements au quotidien qui amélioreront concrètement la vie des salariés et de leur entourage.

La culture d’entreprise, c’est d’abord l’ambiance qu’on ressent au sein de l’entreprise. D’un seul coup d’œil, on peut la percevoir, la ressentir en prenant la peine d’observer l’allure des collaborateurs qui entrent dans l’entreprise, leurs codes vestimentaires, leurs relations avec la hiérarchie, l’ambiance générale sur les lieux de travail, lors des pauses…

philippe detrie mecene adie emploiC’est la révolution en matière de management des personnes.

Le monde des organisations a connu l’ordre, la discipline, la régulation par le règlement et la sanction. Heureux temps où il suffisait d’être chef, temps béni de la soumission (pour le chef !). La force était l’atout, l’indicateur était le labeur ajouté…

Puis au siècle dernier, avec les écoles de relations humaines et les mouvements qualité, motivation et satisfaction font leur entrée. Le process remplace la consigne, le collaborateur et le client apparaissent ! La puissance intellectuelle est l’atout, l’indicateur est la valeur ajoutée…

logo France InfoQu'ils soient bénévoles dans une association, un syndicat ou un parti politique, six sur dix salariés se définissent comme "engagés", selon une étude révélée par franceinfo.

Comment les salariés combinent-ils leur engagement bénévole, en dehors de leur travail et leur temps de travail ? Est-ce qu'ils en parlent au bureau ? Et pensent-ils que l'entreprise pourrait leur proposer des pistes pour faire du bénévolat ? Une étude, que franceinfo dévoile en exclusivité, répond à toutes ces questions.

Logo ElleJeudi 17 mai, plus de 300 lectrices du magazine ELLE ont assisté à la première conférence ELLE Active à l’hôtel de Région de Marseille. L’idée ? Se réinventer au travail. Débats, décryptages d’experts et témoignages inspirants : on vous raconte.

logo actineoL’Observatoire Actineo a mené une grande enquête sur la qualité de vie au travail en 2017. Qu’attendent les salariés français ? Dans quelles conditions travaillent-ils réellement ? Les résultats sont plutôt étonnants... Entre mythe et réalité, LCI fait le point.

Efficacité organisationnelleLa performance organisationnelle d’une entreprise est une question à la fois complexe et centrale. Complexe, parce qu’elle concerne non seulement la manière dont une entreprise est organisée pour atteindre ses objectifs, mais également la façon dont elle parvient ou non à les atteindre. Et nul besoin d’avoir un long vécu en entreprise pour avoir déjà fait l’expérience de l’écart qui peut exister entre les principes d’organisation et leur efficacité. Centrale, parce que c’est la capacité d’une entreprise à se mettre en mouvement qui garantit son succès, au-delà de la qualité de ses produits ou services.

Elodie GentinaLa génération Z, portée par la quatrième révolution industrielle, impose un renouveau du management.

Une des thématiques clés du bouleversement entraîné par la génération Z (née après 1995) est son rapport à la fidélité, ses membres étant qualifiés de  « zappeurs » dans le monde du travail. Selon une étude réalisée par Ipsos fin 2017 pour la plateforme Revolution@Work, 64% des jeunes français assurent qu’exercer plusieurs activités professionnelles en même temps sera la norme dans 10 ans (lire aussi la chronique : « En 2033, je ne travaille plus… je transfère »). Un chiffre qui atteint 70% au Royaume-Uni. Autre donnée marquante : un jeune français sur deux refuse de s’engager à long terme, privilégiant le statut d’intérimaire ou de « free-lance », qui offre plus de souplesse et de flexibilité. Le CDI n’est plus une fin en soi pour les jeunes talents.

Guillaume AllainRien qu’en France et uniquement sur Twitter, le hashtag QVT (Qualité de Vie au Travail) a été utilisé 2 700 fois au cours de la première semaine de novembre 2017. Plus qu’une tendance, l’expérience collaborateur requiert toutes les attentions de la fonction RH. Or, nombreuses sont les entreprises qui n’ont pas compris que la QVT n’était qu’une composante de l’expérience collaborateur.

logo cdbJeudi 7 décembre 2017, Jean-Charles Cailliez était chez CD&B à Paris pour présenter son nouveau livre, La classe renversée, et partager son expérience en matière d’innovations pédagogiques. Un rapprochement naturel entre 2 acteurs du monde de l’éducation qui partagent les mêmes ambitions, Jean-Charles Cailliez en tant qu’expert des pédagogies innovantes et CD&B en tant que professionnels de la mise en place d’environnements de travail les favorisant (création de « zoo spatial », mobilier adapté, tableaux numériques ou mobiles…). Pour CD&B autant que pour Jean-Charles Cailliez, il ne s’agit pas de tout révolutionner mais plutôt de proposer des pistes pour une école plus inclusive et mieux adaptée aux attentes de ses utilisateurs, enseignants et apprenants, ainsi que de la société d’aujourd’hui.

Visuel 3Pour les salariés français, la possibilité de « télétravailler » quelques jours par semaine s’inscrit dans une évolution positive du travail (79% de réponses positives) ; un constat plus intense chez les cadres (89%) et les managers (84%). A contrario, les non cadres (76% de réponses positives) sont moins positifs à l’idée de ce télétravail ; et plus précisément les ouvriers (70%) de par la nature même de leur travail qui n’est pas compatible avec le télétravail.

Gary HamelCe conférencier international, qui enseigne à la London Business School, n’a de cesse de dénoncer les dérives de l’encadrement traditionnel. Auteur notamment de « La Conquête du futur » et de « La Fin du management », il est le fondateur du cabinet Strategos.