LE PODCAST

logo INside 02

Le podcast OpinionWay dédié au management des organisations !

Newsletter INside

Recevez les notifications lors de la publication de nouveaux articles sur notre blog

Je comprends qu'en m'abonnant, je choisis explicitement de recevoir la newsletter et que je peux facilement et à tout moment me désabonner

Welcome INside !

inside

Logo HBRDans un monde de l’entreprise idéal, les managers donnent à leurs subordonnés directs un feed-back constant.

On croit généralement cette démarche nécessaire en raison de l’évolution rapide des organisations et des responsabilités, qui exige que les salariés mettent sans cesse à jour leurs compétences. En effet, les demandes d’échanges fréquents au sujet du développement sont l’une des raisons qui poussent les entreprises à laisser tomber les entretiens annuels d’évaluation: une conversation par an ne suffit pas.

Etat des lieux du bien-être au travail, satisfaction des salariés quant à l’implication de leur entreprise sur le volet sport, impact du sport au travail sur l’engagement professionnel des Millennials, la fidélisation et la marque employeur...

Autant de problématiques soulevées dans la dernière étude sur "l’importance que les salariés accordent au sport en entreprise" menée par le département management d'OpinionWay pour Gymlib, et dont les résultats seront présentés dans leur intégralité en avant-première le 6 décembre prochain chez Gymlib.

Nous vous donnons donc rendez-vous en décembre pour découvrir ces résultats !

 

> Plus d'informations

> Inscription

sport entreprise

Face à la transformation du monde du travail et des organisations, la fonction managériale est-elle encore attractive pour les salariés ?

C'est la question à laquelle OpinionWay a tenté de répondre en partenariat avec le Salon du Management 2018, à travers une étude exclusive sur l'attractivité de la fonction managériale menée auprès des salariés français et présentée par Anca Jomain et Joseph Coviaux - Directrice et Directeur adjoint du département Management d'OpinionWay - lors de la plénière d'ouverture du salon .

> Découvrir l'intégralité des résultats de l'étude

 

présentation salon du management 2018

 

MELKONIAN Tessa photo cvDes équipes de plus en plus réduites, une charge de travail qui n’en finit pas de s’alourdir… La tâche se complique pour certains managers. Dans ce contexte, comment se préserver?

Le modèle managérial issu du 20ième siècle est à bout de souffle, surtout en France (lire aussi la chronique « Le management à la française serait-il dépassé ? »). Les patrons et managers sont stressés, les collaborateurs démotivés et désabusés. Une forme de désamour de la fonction managériale s’est installé : on ne prend plus un poste à responsabilité managériale parce qu’on en a envie mais, de plus en plus, parce qu’on n’a pas le choix et/ou parce que c’est nécessaire pour la carrière.

Benoit GajdosDans une époque où la responsabilité apparaît de plus en plus vitale à la performance des entreprises, accélérer la transformation « responsable » du secteur du luxe est une nécessité, voire une urgence.

En matière d’engagement et de RSE, les marques de luxe souffrent d’un péché originel : leur modèle exclusif, qui « profite » à un très petit nombre, semble par essence opposé au bien commun.

Francis BoyerAudace, inventivité, souplesse, authenticité... Tout le monde s'accorde à dire que nos entreprises doivent se réinventer pour se différencier. Quand on parle d'innovation, on pense stratégie, offre, organisation et très rarement management, à savoir la manière dont on anime et les Hommes. Pourquoi ?

 

 

 

Vous, qui découvrez cet article, aimeriez-vous travailler au sein d'une entreprise où :

  • les missions que l'on vous confie sont passionnantes ?
  • les relations sont authentiques et basées sur la confiance ?
  • vous disposez d'un niveau d'autonomie et de liberté suffisant ?
  • les équipes sont solidaires et les collaborations entre services constructives ?

Michel AbitteboulStress et désengagement sont les conséquences logiques d’années de société industrielle basée sur le contrôle, l’obéissance et l’exécution. Mais aujourd’hui, face à un environnement Volatile, Interdépendant (que je préfère à Incertain), Complexe, Ambigu - voir VUCA - les compétences qui font la différence sont essentiellement des Soft Skills (voir rapport du World Economic Forum et du Boston Consulting Group). Pourtant, au lieu de mettre l’emphase sur le développement de ces compétences, les entreprises qui souhaitent améliorer l’engagement ou diminuer la pression vont souvent chercher des « QuickFix Solutions ». De fades outils décoratifs peu efficaces. Et le résultat n'est jamais là sur le long terme bien-sûr.

Baby-boomers, Génération X, Génération Y, Génération Z… l’âge est-il vraiment si différenciateur dans la relation au travail, l’engagement, les comportements, la fidélité à l’employeur ? Et si tout ce qu’on nous raconte depuis des années sur les Générations Y et Z s’avérait très exagéré ?

visuel livre blanc generations n1 actu site web 010705000 1044 23082018

Ce consensus sur les différences supposées entre les générations au travail repose-t-il sur une mesure objective ou sur des impressions? D’un côté des baby-boomers réputés engagés, fidèles à l’entreprise et dociles et de l’autre des Millenials privilégiant a priori l’équilibre vie privée-vie professionnelle, la recherche de sens dans le travail, le besoin de comprendre avant d’exécuter...

Cette opposition a-t-elle été réellement mesurée statistiquement à l’échelle d’une population ? Du comportement d’un échantillon de Millenials diplômés, mobiles, digital natives, n’aurait-on pas tiré une généralisation un peu rapide sur l’ensemble d’une classe d’âge ? Pour ces différentes générations aujourd’hui au travail, qu’en est-il vraiment de leur relation à l’entreprise ? Que recherchent-elles dans leurs missions quotidiennes ? Comment jugent-elles leur employeur ? Quelle est l’importance du salaire ou de l’utilité du travail ? Et surtout, l’âge a-t-il l’influence aussi déterminante qu’on lui prête sur ces différents facteurs ?

Horoquartz, leader et pionnier de la gestion des temps et des plannings en France, est un observateur privilégié du rapport à l’entreprise des salariés français.

OpinionWay a interrogé pour Horoquartz plus de 2200 salariés issus de tous les secteurs d’activité et de tous les types d’entreprises, toutes générations confondues, pour tenter de donner une mesure statistique à ce qui pourrait parfois ressembler à des…clichés. Des enseignements recensés dans un livre blanc qui fournit une photographie inédite de la relation à l’entreprise des différentes générations qui se partagent le monde du travail… avec des résultats parfois contre-intuitifs.

Cette première partie sera suivie d’un second volet qui mesurera de façon plus précise la relation au temps de travail en fonction de la génération des salariés.

Télécharger le livre blanc

A l'occasion du 7ème rendez-vous parlementaire du secteur privé non lucratif qui se tiendra le 20 septembre prochain à Paris, Anca Jomain - Directrice du pôle Management d'OpinionWay, présentera en exclusivité les résultats du "Baromètre du moral des directeurs d’établissements" mené pour la FEHAP et ses partenaires : le groupe AESIO, Malakoff Médéric et la Macif.

 

visuel generique rdv parlementaire 2018

Géraldine RussellL'Équipe de France de football est en finale de la Coupe du Monde pour la troisième fois de son histoire. Cette réussite est à mettre au crédit de Didier Deschamps, sélectionneur et travailleur acharné dont les entrepreneurs pourraient bien s'inspirer.

Le football, ce n’est pas juste onze bonhommes qui courent après un ballon (et la France qui gagne à la fin). Une finale de Coupe du monde récompense un travail de longue haleine, une analyse stratégique fine et une cohésion à toute épreuve.

Bernard CoulatyThe quest for the "Holy Grail" of engagement raises the question of the level of engagement that is expected from employees and the type of transaction between the employee and the organization. From an extreme of disengagement and “detachment” to another extreme of over-engagement and “addiction,” indeed, several combinations are possible:

Photo Selim SaadiEvidemment, parmi les bénéfices des programmes de Reverse Mentoring que je vais partager avec vous dans cet article, vous en aurez peut-être déjà identifié. Pourtant, le fait de découvrir un nouveau bénéfice lié à un dispositif que l’on hésite à déployer au sein de son entreprise, peut s’avérer être un élément déclencheur. Une manière aussi de convaincre des collaborateurs encore prudents ou trop peu renseignés sur le sujet.

Photo Bruno SoubièsAdieu les gadgets, les vœux pieux non suivis d’effet… L’heure est au pragmatisme, aux petits changements au quotidien qui amélioreront concrètement la vie des salariés et de leur entourage.

La culture d’entreprise, c’est d’abord l’ambiance qu’on ressent au sein de l’entreprise. D’un seul coup d’œil, on peut la percevoir, la ressentir en prenant la peine d’observer l’allure des collaborateurs qui entrent dans l’entreprise, leurs codes vestimentaires, leurs relations avec la hiérarchie, l’ambiance générale sur les lieux de travail, lors des pauses…

philippe detrie mecene adie emploiC’est la révolution en matière de management des personnes.

Le monde des organisations a connu l’ordre, la discipline, la régulation par le règlement et la sanction. Heureux temps où il suffisait d’être chef, temps béni de la soumission (pour le chef !). La force était l’atout, l’indicateur était le labeur ajouté…

Puis au siècle dernier, avec les écoles de relations humaines et les mouvements qualité, motivation et satisfaction font leur entrée. Le process remplace la consigne, le collaborateur et le client apparaissent ! La puissance intellectuelle est l’atout, l’indicateur est la valeur ajoutée…

logo France InfoQu'ils soient bénévoles dans une association, un syndicat ou un parti politique, six sur dix salariés se définissent comme "engagés", selon une étude révélée par franceinfo.

Comment les salariés combinent-ils leur engagement bénévole, en dehors de leur travail et leur temps de travail ? Est-ce qu'ils en parlent au bureau ? Et pensent-ils que l'entreprise pourrait leur proposer des pistes pour faire du bénévolat ? Une étude, que franceinfo dévoile en exclusivité, répond à toutes ces questions.